Présentation de l'association

Bienvenue sur le site de l'association "Mémorial de la Déportation Homosexuelle"
Notre association milite en faveur de la reconnaissance par l'Etat français de la déportation de personnes pour motif d'homosexualité à partir du territoire français durant la Seconde Guerre Mondiale.
 
L'association a récemment publié une brochure biographique en mémoire de Magnus Hirschfeld, mort il y a 75 ans cette année, dont l'action militante pionnière au début du siècle fut la base de tout le mouvement homosexuel du XXème siècle. nouveau: A la suite du décès de Jean Le Bitoux, président fondateur du MDH, nous avons publié un livre-témoignage des acteurs LGBT français allant des années 70 à aujourd'hui.

22/06/2017 - Presse - Le Bundestag réhabilite les homosexuels allemands condamnés après guerre

Un article que vous pouvez retrouver dans Le Monde.fr avec AFP | 22.06.2017 à 21h14

Le Bundestag réhabilite les homosexuels allemands condamnés après guerre

De 1872 à son abrogation, en 1994, l’article 175 du code pénal allemand a puni de prison les relations entre personnes de sexe masculin.


L’Allemagne a décidé jeudi 22 juin de réhabiliter et indemniser quelque 50 000 hommes condamnés pour homosexualité sur la base de l’article 175 du code pénal allemand.

Pendant cent vingt-deux ans, de 1872 à son abrogation, en 1994, ce texte a puni de prison « les actes sexuels contre nature (…), que ce soit entre personnes de sexe masculin ou entre hommes et animaux ». Sa sévérité avait été accrue en 1935 par un amendement nazi prévoyant jusqu’à dix ans de travaux forcés. Plus de 42 000 hommes ont été condamnés à ce titre sous le IIIe Reich, envoyés en prison et pour certains en camp de concentration. Mais l’article 175 a été maintenu après guerre, restant pendant des décennies la seule survivance légale des persécutions nazies, et conduisant à 50 000 nouvelles condamnations dans la jeune démocratie ouest-allemande.

Texte adopté à l’unanimité

Les députés du Bundestag ont adopté à l’unanimité un projet de loi porté depuis plus d’un an par le ministre social-démocrate de la justice, Heiko Maas, qui avait dû batailler ferme au sein du gouvernement de coalition face à l’aile la plus conservatrice du parti de la chancelière, Angela Merkel. Ce texte prévoit 3 000 euros d’indemnisation forfaitaire par condamnation ainsi que 1 500 euros par année de détention. En outre, le gouvernement va financer à hauteur de 500 000 euros par an une fondation spécialisée dans le travail de mémoire sur le sujet.

L’initiative survient quelques mois après l’annonce d’une loi comparable pour les homosexuels condamnés en Angleterre et au pays de Galles, à la différence que le texte ne s’applique qu’aux défunts. Seule l’Ecosse a annoncé vouloir aussi réhabiliter les vivants.

Pour la communauté gay en Allemagne, l’annulation des condamnations est perçue comme un pas supplémentaire vers leur reconnaissance. Une autre revendication porte sur le mariage entre personnes de même sexe, qui n’existe pas en Allemagne. Le Parti social-démocrate a décidé de militer en sa faveur lors des élections législatives de septembre, face à l’Union chrétienne-démocrate (CDU) de la chancelière. Son aile bavaroise CSU, la plus conservatrice sur les questions de mœurs, y reste opposée.

15/06/17 - livre - Homosexuel.le.s en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale de Régis Schlagdenhauffen

 Sortie le 15 juin 2017 du livre : Homosexuel.le.s en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale de Régis Schlagdenhauffen
Editions nouveau monde.



     La Seconde Guerre mondiale a été marquée par une répression accrue des homosexuel.le.s dans de nombreux pays d'Europe. On sait moins que dans le même temps, certains États européens ont dépénalisé l’homosexualité, voire engagé des politiques permettant de comprendre pourquoi ce continent fait office de précurseur dans la lutte contre les discriminations.

     En allant au-delà de la question des persécutions des homosexuels dont on connaît le rôle central joué par l’Allemagne nazie entre 1939 et 1945, cet ouvrage interroge pour la première fois le quotidien des femmes et des hommes homosexuels en temps de guerre. En faisant appel à des spécialistes européens de cette question, ce livre ouvre sur une autre histoire, marquée certes par la répression, mais teintée aussi d’engagement dans les armées en guerre, de résistance dans des réseaux clandestins, sans pour autant faire l’impasse sur la collaboration.

     Il s’agit d’une première étude à l’échelle du continent européen qui nous permet de mieux comprendre, chapitre après chapitre, pourquoi la Seconde Guerre mondiale constitue une période charnière pour les homosexuel.le.s en Europe.


06/04/16 - Paris - Urgences Archives LGBT


Dans le cadre des initiatives pour sauver les archives LGBT connues ou inconnues existantes, voici une initiative avec le Centre LGBT Paris-IdF.
https://www.facebook.com/notes/centre-lgbt-paris-%C3%AEdf/urgences-archives-lgbt/1287206671363217/



Urgences Archives LGBT

 

Comme vous le savez, la mémoire du mouvement LGBT (des mouvements LGBT dans toute leur diversité), de même que celle de nos vies comme personnes LGBT dans notre société et notre temps, s'écrit et se conserve par les archives.
Nous générons tous et toutes des archives par notre action au sein des associations et par les documents que nous conservons en lien avec nos activités diverses au service des personnes LGBT et de leurs droits.
Malheureusement, ces archives se perdent souvent lorsque les personnes qui les gardent ne peuvent plus le faire. Et il n'existe pas encore de lieu dédié aux archives LGBT en tant que telles en France, même si certains documents peuvent être conservés par les Archives nationales.
Comme de nombreuses associations parisiennes et franciliennes, le Centre participe à une consultation organisée par la Ville de Paris en vue de la mise en place d'un tel lieu. Mais ce travail, qui doit se faire avec tous et toutes, prendra du temps.
Dans l'attente, et sans chercher à se substituer aux associations spécialisées avec les- quelles nous travaillons par ailleurs (notamment l'ARCL et l'Académie gaie et lesbienne), le Centre a accepté de contribuer à faire face à l'urgence de mettre à l'abri les archives qui risquent d'être éparpillées, par exemple lorsqu'une personne décède ou qu'un déménagement impose de se séparer de fonds encombrants. Ce travail se fera en lien avec les autres associations participant à la démarche engagée par la Ville de Paris.
Nous avons dons un espace pour entreposer ces archives surnuméraires, une adresse email pour recevoir des demandes et une petite équipe de volontaires prêts à transpor- ter, conserver, classer les documents en attendant que voie le jour le centre d'archives qui est en réflexion.
Mais nous avons besoin de vous pour aller au-delà !
Tous ceux et toutes celles qui souhaitent donner un peu de temps pour nous aider dans ce travail, en particulier si ils et elles ont des compétences archivistiques, sont bienve- nus.es et peuvent se signaler à l'adresse urgencesarchives@centrelgbtparis.org : nous organiserons une réunion de présentation/formation en avril.
L'adresse urgencesarchives@centrelgbtparis.org peut également d'ores et déjà vous servir si vous souhaitez permettre la conservation de documents d'archives, en priorité des archives d'associations, dont vous craignez qu'ils ne soient perdus à court et moyen terme. N'hésitez pas à la faire circuler !